Conseils pour créer un bassin

Si vous avez le goût de créer un bassin, si vous avez envie d'entendre la douce mélodie de l'eau, alors je ne peux que vous encourager à le faire car c'est réellement très agréable,  reposant et relaxant!

http://static.blog4ever.com/2009/09/353919/artfichier_353919_3739554_201405123816620.jpg

Je ne peux vous donner ici que les quelques conseils issus de ma propre expérience de débutante et du résultat de mon travail, mais je vous assure qu'il n'y a rien de compliqué.  

 

La première étape est de savoir approximativement la taille que pourra avoir votre bassin selon votre espace disponible. Si vous disposez d'un simple balcon, d'un petit jardin ou d'un domaine de quelques hectares, le choix sera évidemment différent :)

Une fois l'endroit tout trouvé et l'espace défini, il faut l'imaginer tel que vous le voulez. Le dessiner rapidement pour avoir un aperçu. Ce peut être une grande cascade tombant dans un étang, un léger ruisseau serpentant à travers un jardin de fleurs, un bassin assez grand pour s'y asseoir et se rafraîchir, un bassin assez profond pour y accueillir des poissons. Il peut être entouré d'un muret de pierres, bordé de fleurs, de plantes et de roches comme une cascade naturelle ou encore bordé de galets comme une vraie rivière, etc... Il y a des milliers de possibilités!

 

Le principe est le même que ce soit pour un mini-bassin de balcon ou un étang avec cascades : l'eau du bassin est pompée par la pompe immergée et est ensuite rejetée par l'ouverture sur la pompe à laquelle vous rajouterez un tuyau flexible fixé par un collet de métal (de préférence galvanisé)  d'une longueur équivalente à celle où vous voudrez voir l'eau ressortir. Seule la puissance de la pompe changera en fonction du projet à réaliser. Et bien évidemment la grosseur et la longueur du tuyau à adapter :)

 

C'est l'achat le plus important du projet. Il faut choisir sa pompe en fonction du débit d'eau souhaité et tenir compte aussi de la longueur de fil électrique disponible qui définira l'endroit où la pompe sera placée dans le bassin. Ce fil électrique sera par la suite raccordé à une rallonge, elle-même raccordée à une prise extérieure. Comme l'eau et l'électricité ont depuis toujours quelques conflits d'intérêts, il faut bien évidemment s'assurer que la longueur de fil est suffisante pour être raccordée, au sec et en sécurité, à la rallonge ou envisager de changer sa pompe de place dans le bassin.

Le débit, c'est le volume d'eau que vous souhaitez faire circuler en un temps donné. Il est calculé en gph ou lph (gallon à l'heure ou litre à l'heure). Mes deux pompes, identiques, sont des pompes pour statue-fontaine, ayant chacune un débit de 140 gph ou 530 lph ce qui est bien suffisant pour la grandeur de mon bassin et de mon "ruisseau" et la hauteur de leurs "cascades" et elles ont une consommation de 13W chacune, ce qui est assez économique.

Généralement, un débit de 1000 gph ou 3785 lph est raisonnable pour une cascade de 25 cm de large et 60 cm de hauteur.

L'autre investissement d'importance sera celui de la géomembrane, toile souple en PVC, résistante au soleil et aux intempéries et qui en raison de sa flexibilité, épousera parfaitement les contours naturels du bassin. Plus le bassin sera grand et profond et plus la géomembrane devra être épaisse. On peut tout aussi bien s'accommoder d'une ancienne toile de piscine ou, comme je l'ai fait pour le mien, d'une toile solide récupérée d'un chantier. Toutefois, elles seront moins malléables et plus difficiles à installer.

 

Il est préférable de creuser d'abord le bassin (ou l'étang :) et ensuite d'en calculer la largeur, la longueur et la profondeur afin d'acheter la quantité de géomembrane nécessaire. De plus comptez un mètre de plus sur la largeur et la longueur afin d'être sûr de ne pas en manquer. Le surplus, une fois l'aménagement terminé sera découpé. Idéalement, il faut aussi prévoir la même quantité d'une toile géotextile de bonne épaisseur  qui empêchera l'herbe de pousser sous le bassin et même de percer la géomembrane s'il s'agit de plantes assez fortes.

 

Pour mon bassin, j'ai placé directement ma toile de récupération sans rien en dessous et je la pense assez forte pour résister  aux  attaques naturelles.  Mais bon entre ce que je pense et ce qui est, il y a quelquefois un monde d'imprévus desquels j'apprends beaucoup... :) Toutefois, jusqu'à présent mon bassin a vécu une année entière sans le moindre problème.

Pour la toile géotextile, il faudra en prévoir une quantité supplémentaire selon le pourtour que vous souhaitez donner à votre bassin. Si vous voulez l'entourer de cailloux (comme je l'ai fait) ou de galets ou de grosses pierres,... il faut s'assurer d'une bonne toile géotextile assez épaisse pour empêcher l'herbe de pousser partout. 

 

En résumé, il vous faut donc obligatoirement:

- une pelle

- une pompe

- de la toile géotextile

- de la toile géomembrane

- des grosses roches (qui maintiendront la toile en place)

- du courage :)

et accessoirement selon votre projet:

- des galets, des cailloux ou de la poussière de roche...

- des fleurs et/ou des plantes aquatiques, tel des lotus, nymphéas rustiques ou tropicaux, jacinthes, papyrus...

- des poissons.

 

Si le bassin est exposé en plein soleil, il faut compter sur une évaporation naturelle de l'eau au plein coeur de l'été et prévoir aussi un accroissement des algues. Les algues (microscopiques) se forment suite à la décomposition des matières organiques (feuilles, brindilles, fleurs, petits insectes...) qui tombent dans le bassin et prolifèrent si celui-ci est en plein soleil. Les plantes aquatiques permettent d'atténuer leur prolifération excessive, d'une part parce qu'elles se nourrissent elles aussi de ces matières organiques et d'autre part parce qu'elles ombragent une partie du bassin.

Pour mon bassin, j'avais pensé au départ y mettre des plantes aquatiques mais leur entreposage en plein hiver me posait un problème d'autant que je n'étais pas sûre de savoir m'en occuper assez bien pour les maintenir en vie.

Cette année, j'ai donc opté  pour du sel de mer. Après tout, le sel est un excellent nettoyant et assainissant. Alors, l'avenir me dira si c'est une bonne solution :) Je la préfère au chlore ou à tout autre produit chimique ou trop fort de toute façon.

Un nettoyage régulier avec une épuisette des débris en surface et des algues dans le fond permettront sans trop d'effort de garder une eau propre et belle. Un nettoyage régulier de la pompe est tout aussi important. Il ne s'agit pas là d'un gros nettoyage, mais comme la pompe agit à la manière d'un aspirateur, tous les petits débris organiques sont naturellement attirés vers elle et se collent dans les petites ouvertures qui permettent d'aspirer l'eau, empêchant donc celle-ci de circuler librement et ralentissant le débit de la pompe. À l'automne, il sera temps, avant le gel de retirer la pompe, de la nettoyer et de la remiser dans un endroit sec à l'abri du gel jusqu'au printemps prochain.

Si la conception et la réalisation d'un bassin demande un peu de temps et quelques efforts, l'entretien de celui-ci est vraiment minime et très facile.

 

Si vous aviez le goût de créer un bassin et que cet article a pu vous aider à y voir plus clair, j'en suis ravie! 

Ça y est? Vous le voyez clairement dans votre esprit? Vous savez déjà où il sera, comment vous allez l'aménager? Vous entendez déjà le bruit joyeux de l'eau qui coule?

Alors, allez! à vos pelles! On creuse... et c'est parti! :)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



13/05/2014
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres