A la source du bonheur...

Pour la troisième fois, je participe avec grand plaisir à l'événement à la Croisée des Blogs, organisé cette fois par Dorian qui aimerait connaître au moins trois de nos astuces pour être bien ici et maintenant.

http://static.blog4ever.com/2009/09/353919/artfichier_353919_3651002_201404173105975.jpg

 

Être bien ici et maintenant, c'est vivre pleinement et avec bonheur le moment présent. Le passé est résolu et révolu, peu importe ses heures heureuses ou douloureuses, peu importe ses regrets et ses remords, peu importe ses souvenirs joyeux ou malheureux, il est loin derrière. L'avenir est une promesse qui n'attend que notre bon vouloir pour être une source de bonheur permanent quand il sera lui-même devenu l'instant présent, il est loin devant.


Mais le moment présent est celui de l'instant où l'on ouvre les yeux le matin et qu'une nouvelle journée commence. Elle peut être encore inondée des larmes de la veille si l'on vit une situation de détresse ou elle peut être empreinte de la peur de demain si l'on sait devoir affronter une épreuve prochaine. Mais dans tous les cas, elle est porteuse d'espoir car cette journée qui commence, c'est aussi notre nouvelle vie qui débute, notre nouveau point de départ vers une vie différente, choisie et décidée comme nous l'aimons, comme nous la voulons.


Si je n'avais que trois mots à prononcer pour définir ce qu'est pour moi la plénitude du bonheur ici et maintenant, ils seraient Nature, Amour, Création et ils seraient associés à liberté, espoir, évasion, joie, reconnaissance, rire, musique, danse et tant d'autres...


La Nature a toujours été ma meilleure amie et ma première confidente. Quand j'étais enfant et qu'on allait en famille pique-niquer et pêcher avec mon grand-père, les enfants ne devaient pas faire de bruit pour ne pas effrayer le poisson. Ne pas faire de bruit, pour des enfants c'est difficile :) Pourtant, il y a une multitude de choses à apprendre, à voir et à créer sans faire de bruit. Observer les papillons et les insectes, regarder l'eau de la rivière couler tranquillement puis faire un tourbillon et se jeter à grands jets sur les rochers pour faire une jolie cascade. Il y a aussi des maisons et des bateaux à construire avec des branches et des feuilles, des mondes imaginaires à inventer avec des cailloux et des pierres...

Plus tard, à l'âge de 13 ans, alors que mes amies commençaient à se maquiller, à regarder les garçons et à parler des garçons, moi je me réfugiais au bord d'un canal avec un cahier et un crayon. Parce qu'à cet endroit, il y avait un chêne immense et magnifique, que je dessinais, à qui j'écrivais et surtout à qui je pouvais tout dire de mes tourments et des questions sans réponse qui tournaient dans ma tête. Je ne voulais pas grandir tout de suite! Je n'étais pas prête à affronter la vie des grands alors que la vie m'y poussait. Même si toute petite, j'avais hâte d'être grande pour pouvoir faire et dire tout ce que je voulais, le moment arrivé, je n'étais pas encore prête. Cet arbre-là en sait beaucoup plus sur moi que quiconque. Il a su me donner du réconfort. Surtout quand j'allais le voir au soleil couchant...
Regardez le ciel quand le soleil commence à s'éloigner. Les couleurs sont magnifiques! Flamboyantes, vives, ou douces et tendrement nuancées, elles ne sont là qu'un instant! L'instant d'après, les couleurs changent déjà... Elles s'assombrissent et le ciel se teintent d'ombres grises et noires jusqu'à ce que la lune lui redonne d'autres clartés. Et le soir d'après, tout est encore différent et tout aussi merveilleux.

http://static.blog4ever.com/2009/09/353919/photo_353919_7603323_2010061853277953.jpg


Regardez de la même façon ce que les nuages dessinent dans le ciel. Au creux d'un cocon se forme un visage, c'est celui d'un enfant, la seconde d'après, le visage s'allonge, il devient un dragon puis un dauphin et d'un coup il s'étiole en filaments. C'est magique! Et ça ne dure qu'un instant, celui du moment présent.
Regardez aussi les couleurs magnifiques et si éphémères d'un arc-en-ciel... Regardez la minuscule brindille qui vient de sortir. Bientôt, elle grandit, bientôt des premières pousses, bientôt des premières feuilles, bientôt des premières minuscules brindilles s'y rattachent, poussent à leur tour... c'est la naissance d'un arbre. C'est la naissance de la Vie!

http://static.blog4ever.com/2009/09/353919/artfichier_353919_2754737_201309291215827.jpg

Dans ces tourments de l'adolescence que je vivais sans les comprendre, une chose m'a paru essentielle juste à regarder le ciel: tout est différent à chaque jour qui naît et chaque soir aussi. Chaque minute est même différente de la précédente et tout peut changer à tout instant.

Plus tard encore, à l'âge de 16 ans, j'ai compris que la vie qui semblait éternelle ne l'était en fait pas du tout pour nous, les humains. Alors autant profiter de tout ce qu'elle pouvait nous apporter de bon, ici et maintenant!

 

Des astuces, je n'en ai pas vraiment. Mais des expériences, oui! Et des apprentissages pour dédramatiser les situations et calmer mes émotions aussi. Étant une personne très sensible, je vivais avec une grande intensité les joies autant que les souffrances que la vie m'a apportées.
Vivre la joie avec intensité, c'est bien mais vivre la souffrance aussi intensément, c'est effrayant, d'autant plus que je me tapais volontiers sur la tête et que je m'en voulais énormément de ne pas être plus forte. J'avais l'impression que deux êtres vivaient en moi, une petite fille, timide, sensible, rêveuse à l'infini et une grande, forte, prête à tout et qui pouvait tout. Dans les moments de bien-être, de bonheur, d'amour, de joie et de projets, les deux s'accordaient parfaitement. Mais dans les moments de doute, de peur, de douleur et de tristesse, le conflit intérieur était d'autant plus puissant que le combat était inégal.


Un jour, j'ai eu la chance de lire un livre particulier: Relation d'aide et amour de soi, écrit par Colette Portelance qui a créé le CRAM (Centre de Relation d'Aide de Montréal). Ce livre a été pour moi d'une grande importance car il m'a fait comprendre bien des choses sur mes comportements, mes émotions et réactions. Il m'a permis avec cette compréhension de réconcilier ces deux parties de moi pour n'en faire qu'une seule et il m'a permis avec cette réconciliation d'être pleinement celle que je suis maintenant et celle que je serai demain. Il m'a surtout appris à vivre ici et maintenant, sans penser à hier, là-bas, ni à demain, ailleurs.

C'est une chance merveilleuse et unique que nous avons si nous pouvons voir toutes ces beautés, les toucher, les sentir, les ressentir, les parcourir.
C'est une chance et un bonheur qu'on peut facilement oublier quand le coeur est en plein désarroi. Pourtant, elle est là, toujours présente, à chaque instant. Cette beauté, cette présence pleine et entière, elle nous est offerte tout le temps, chaque jour, chaque moment. C'est à nous seuls que revient le pouvoir d'ouvrir notre coeur pour l'accueillir de nouveau comme un cadeau. Parce que même quand le coeur est en détresse et l'esprit à la dérive, tout peut changer, tout le temps à chaque instant.


Avec l'espoir, renaît la joie
Avec la joie, renaît l'amour

Avec l'amour, renaît notre âme

Et quand notre âme célèbre la vie à sa juste valeur alors rien d'autre n'a d'importance puisque la vie elle-même nous habite partout et pour toujours.

 

Ces mots, je les ai écrits dans un de mes cahiers pendant que je cherchais désespérément une solution à un grand changement que je devais apporter à ma vie. Le refus du passé et la peur de l'avenir laissaient dans mon coeur et dans mon esprit un sentiment confus et un étourdissement douloureux de questions sans réponses.


Alors j'ai fait ce que j'aime le plus, qui m'apaise et me rend heureuse: créer. Sans plus me soucier de rien, sans plus penser à rien. C'est ainsi, en vivant pleinement et avec tant de bonheur l'instant présent que j'ai su où était ma voie et que peu importe ce qui était arrivé ou ce qui pouvait arriver, c'est elle que je suivrai, sans faillir et sans relâche. Et parce que ce chemin était le mien et que je l'avais enfin trouvé, j'ai enfin pu libérer mon âme à sa vraie raison d'être, apaiser mon coeur et mon esprit et me sentir enfin libre et une. Entière, pleinement, ici et maintenant.
C'est à ce moment que j'ai rejoins l'amour de tout, celui qui comprend tout, celui qui voit tout et plus loin, celui qui ressent tout et plus loin, celui qui aime au-delà de l'amour : l'amour universel.

 

Etre bien ici et maintenant, c'est avant tout faire ce que l'on aime le plus au monde car c'est ainsi qu'on peut aller puiser à la source du bonheur cet amour unique qui est en chacun de nous et qui nous relie au reste du monde, visible et invisible. Cet amour qui ne faillit jamais, cette source intarissable de bien-être et de joie qui nous nourrit, nous désaltère, nous rafraîchit et nous réchauffe à la fois.

 

Nous sommes tous et chacun des gouttes d'eau de cette source infinie. Laissons la couler librement, à chaque instant, à chaque moment car c'est ici et maintenant qu'elle peut vivre pleinement.

IMG_0866-1.jpg

 

Car comme le chante si justement le gros ours Baloo, dans le film de Mowgli : "Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux..." :) 

 




17/07/2014
20 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres