Janvier

 

*** JANVIER ***




Il fallait bien un jour que je te rencontre.

Il fallait bien un jour que je te raconte.

Toi, ce mois que j'aime, qui est le mois de ma naissance, il fallait bien un jour que j'aille te chercher et que je te trouve là où toi, tu es né.

Il fallait bien un jour que je me confronte à toi. Et tu as gagné : mon coeur, mon amour, mon irrésistible attirance vers toi, mon éternelle fidélité à ta pure transparence, à ton immensité blanche, à ton infinie glace bleutée.

Toi, qui viens du coeur de l'hiver, tu as su me faire vibrer autant que le soleil.

Janvier, ton soleil est froid mais devient d'une chaleur incomparable lorsqu'il se pare des splendides et éclatantes couleurs qui émerveillent, rassurent et réconcilient les coeurs de tous les petits bouts d'hommes que nous sommes.

 

  

 

 

 

 

 

Janvier, ton ciel est d'un bleu intense et clair, vivifiant et doux comme le vent glacé qui le rafraîchit, lui redonne sa pureté originelle, le nettoie de toute impureté, lui donne un second souffle, lui permet de respirer librement.

 

 

 

 

 Janvier, ta terre est protégée par un joli et épais tapis blanc, doux, rassurant, chaleureux comme un foyer, aimant comme les bras d'une mère autour de son enfant.

 

 

 

 


Janvier, tes enfants sont endormis pour un temps, mais endurcis par ton froid omniprésent, rassérénés par ta chaleur souterraine, ils grandiront encore plus fort et plus puissants.

  

 

 


Janvier, ton eau est glacée, brillante de cristaux limpides, pure comme la fraîcheur coulant d'un ruisseau, figée et scintillante de mille diamants de glace.

 

 

 

 

Janvier, ton coeur est fait de chaleur, de bras grands ouverts, de feux de foyers, de souvenirs chantés, d'émois dansés, de mémoires et de contes, de musiques et de chants, d'amour et de bonheur, d'accueil, d'amitiés, de créations multiples et de plaisirs partagés.

Janvier, toi le mois qui m'a vu naître dans un pays de soleil très loin de toi, il a bien fallu un jour que je te rencontre, toi l'Hiver que j'aime tant.

Il a bien fallu un jour que je t'affronte dans ce "pays qui n'est pas un pays, mais l'hiver" comme le chante si joliment ce grand poète que ton pays a vu naître et grandir.

Il a bien fallu un jour que j'aille au creux de toi, au coeur de tes bras, goûter la douceur de tes flocons, faire chanter la neige sous mes pas, respirer ton vent glacé, sentir la violence de ton froid et, pour toujours, m'émerveiller mille fois de toutes tes splendides beautés, de toutes tes magnifiques couleurs jamais égalées.


 



Il a bien fallu un jour que je te raconte ce que tu es pour moi. C'est bien infime. C'est bien peu mais il fallait bien un début au conte de mon amour pour toi.

Il fallait bien un jour que je te rencontre, que j'aille te chercher et te trouver, toi ce mois d'hiver pur de glace et de froid durant lequel j'ai vu le jour dans un pays baigné de chaleur.

Il fallait bien un jour que je te raconte tout l'amour que j'ai pour toi ...

 


 

 

  






 



23/01/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres