Cap-Chat


 

Les Couleurs de la Gaspésie

 

 

La Haute-Gaspésie (Gaspésie)

Pour vous aider à vous repérer, consultez la Carte de la Haute-Gaspésie

 

Bordée au Nord par les eaux du Golfe Saint-Laurent et au Sud par les monts Chic-Choc (signifiant en langue Mic-Mac, les monts infranchissables), voici la splendide région de la Haute-Gaspésie. 

 

 

Juste après Les Capucins, Cap-Chat, appelée ainsi à cause de la forme de ce rocher auquel est lié une légende:

 

Ce chat, enfermé aujourd'hui dans un rocher, était alors en vie.  Un jour qu'il se promenait le long de la grève, il poursuivit de petits animaux et les étrangla. Au même instant, une fée surgit près de lui et lui dit: "Mon malheureux! Tu as dévoré mes enfants! Je suis la fée Chat et tu comprends mon langage. Je te punis sévèrement. Tu seras enfermé dans la pierre que tu vois en face de ce cap jusqu'à la fin des temps."

 

 

À Cap-Chat, se trouve aussi le parc éolien Le Nordais, comptant 133 éoliennes et la Grande Éole, plus grande éolienne à axe vertical au monde.  Ce parc d'éoliennes permet de fournir  de l'énergie à environ 10 000 résidences québécoises.

 

 

Après Cap-Chat, nous arrivons à Ste-Anne des Monts. Durant la première moitié du 19e siècle, le trajet entre Matane et Sainte-Anne des Monts ne pouvait se faire qu'à pied ou en berge en été et en raquette en hiver, ce qui représente une marche de plus de 17 jours...

 

 

À partir de Sainte-Anne des Monts, je vous propose une randonnée pour aller voir la splendide rivière Sainte-Anne et ses chutes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'une eau pure et limpide, la rivière Sainte-Anne, comme beaucoup d'autres, est riche en saumon mais surtout infiniment agréable à découvrir.

 

On reprend la route en passant par Tourelle qui doit son nom à la colonne de grès isolée de la falaise par l'action des vagues.  A l'origine, il y en avait deux, mais la plus grande s'est effondrée...

 

 

 

 

On poursuit la route vers Cap-au-Renard...

 

 

Cap-au-Renard  tient son nom d'une légende:

À l'époque où les animaux parlaient, le renard du lieu aurait raconté sa vie de chasseur: il guettait continuellement ses proies depuis le bout du cap. Grâce à la trappe qu'il avait mise au point et qu'il appelait sa "gigondaine", il lui suffisait de tirer sur la ficelle pour se constituer de grosses réserves de nourriture. C'est en l'honneur de ce chasseur rusé que cet endroit se nomme Cap-au-Renard.

 

D'ici, nous faisons une halte au magnifique phare de La Martre, ainsi nommée car ces mignons petits mammifères sont très présents en Gaspésie:

 

 

 

 

 

 

 

Ce phare est opérationnel depuis 1906 et la rotation du module d'éclairage est encore assurée par le système d'horlogerie d'origine.  À côté du phare, le Musée des Phares où une exposition permanente permet de découvrir le génie des années 1700 à aujourd'hui, relié au développement des magnifiques lanternes de phares.

 

Le voyage se poursuit direction Marsoui...

 

 



24/02/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres